Steeve keen, un économiste hétérodoxe a méchamment défoncé le modèle DICE.

Une analyse économique qui a remporté les plus hautes distinctions et engendré des adeptes influents a aggravé la menace du changement climatique, explique Steve Keen.

L’une des dispositions du prix Nobel est qu’une fois décerné, il ne peut jamais être révoqué. Cela a conduit à des gaffes embarrassantes, la pire à ce jour étant peut-être l’attribution du prix Nobel de chimie en 1918. Cela est allé à Fritz Haber, qui, en plus d’inventer ce qui est devenu un processus essentiel dans la fabrication d’engrais, avait personnellement « supervisé la première grande attaque au chlore gazeux à Ypres, en Belgique, en 1915, qui a tué des milliers de soldats alliés » (Karl Ritter, 2016 Cinq décisions qui ont fait mal paraître les prix Nobel ).

Écrivant pour l’agence de presse AFP en 2015, le journaliste Hugues Honoré a rapporté un commentaire de la chimiste suédoise Inger Ingmanson, qui a écrit un livre sur le prix Haber : « Après la défaite de l’Allemagne pendant la guerre, il ne s’attendait pas à gagner un prix. Il avait plus peur d’une cour martiale.

Ainsi, le prix Nobel d’économie de William Nordhaus « pour avoir intégré le changement climatique dans l’analyse macroéconomique à long terme » est sans danger. Mais le monde ne l’est pas. Lorsque les générations futures regarderont en arrière pour essayer de déterminer pourquoi l’humanité a tardé à agir contre le changement climatique pendant si longtemps, le modèle dynamique intégré du climat et de l’économie ( DICE) de Nordhaus sera considéré comme l’un des principaux suspects.

Je ne fais pas cette affirmation à la légère. J’ai attaqué des économistes traditionnels dans le passé pour avoir fait des hypothèses absurdes dans leurs modèles 1 , mais les transgressions de Nordhaus sont d’une toute autre catégorie, et inférieure. Son affirmation selon laquelle sa « fonction de dommage » – un élément clé de son modèle – est cohérente avec les recherches des climatologues, est incorrecte, et il calibre cette fonction en utilisant des données qui n’ont rien à voir avec le changement climatique lui-même.

Et ces erreurs ne sont pas seulement d’intérêt académique car le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) utilise son modèle (et des modèles très similaires utilisés par d’autres économistes suivant son approche) pour conseiller les gouvernements sur l’impact économique du réchauffement climatique.

En ignorant de manière prouvable les dangers d’un changement climatique brutal et en banalisant l’impact des températures plus élevées que le changement climatique provoquera, Nordhaus (et ses collègues économistes du climat dominants) ont sérieusement retardé l’action pour éviter de graves dommages causés par le changement climatique.
Le problème central de ses recherches n’est pas celui souvent mentionné par les critiques – qu’il applique un taux d’actualisation élevé aux dommages futurs causés par le changement climatique. Au lieu de cela, le problème est la fonction qu’il utilise pour estimer les dommages attribuables au réchauffement climatique en premier lieu : sa soi-disant « fonction de dommage ».

C’est une simple quadratique : il affirme qu’une augmentation de la température mondiale moyenne par rapport aux niveaux préindustriels de, par exemple, 4 °C, réduira le produit intérieur brut (PIB) mondial d’une constante, multipliée par 16 (le carré de l’augmentation de la température), par rapport à ce qu’aurait été le PIB en l’absence totale de réchauffement climatique.

La constante elle-même est minuscule. Dans son dernier modèle, le coefficient qu’il a utilisé est de 0,227 % 2 . Puisque sa fonction de dommage n’est littéralement rien d’autre que cette constante multipliée par le changement de température au carré, il affirme que le PIB a été réduit de 0,227% par le 1°C de réchauffement que nous avons déjà connu, qu’une augmentation de température de 2°C réduira PIB de quatre fois plus (un peu plus de 0,9 %), une augmentation de 3 °C de neuf fois (un peu plus de 2 %) et qu’une augmentation de 6 °C réduirait le PIB de 36 fois (un peu plus de 8 % ) — voir figure 1.

Ce sont des changements insignifiants du PIB, et par implication, du bien-être humain, causés par le réchauffement climatique. Si c’était vrai, il n’y aurait pas de quoi s’inquiéter. Une chute de 3,6% du PIB en un an est une récession très grave. Mais comme, selon les calculs de Nordhaus, il faudra attendre 2140 pour atteindre 4°C au-dessus des niveaux préindustriels (voir figure 2), la croissance du PIB sur cette période aurait diminué d’un insignifiant 0,03 % par an.

Une baisse soutenue de 3,6% du PIB indéfiniment chaque année à partir de 2140 représenterait beaucoup au fil des siècles. Mais c’est là qu’intervient le taux d’actualisation élevé de Nordhaus : il réduit la valeur actuelle nette actuelle de ces chutes à zéro.


Les climatologues, quant à eux, sont vraiment paniqués à propos d’une augmentation de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Un article récent, rédigé conjointement par 16 climatologues, a affirmé que le réchauffement climatique doit être maintenu à 2 °C ou moins, en raison du risque qu’« un réchauffement de 2 °C puisse activer d’importants éléments de basculement, augmentant encore la température pour activer d’autres basculements. éléments dans une cascade en forme de dominos qui pourrait amener le système terrestre à des températures encore plus élevées ». 4

La fonction de dommage de Nordhaus n’a pas de discontinuité, mais ce que les climatologues disent, c’est qu’il y a une discontinuité à venir. En ce sens, la fonction de Nordhaus revient à décrire un voyage en canoë le long d’une rivière avec une chute d’eau en déclarant que la hauteur au-dessus du niveau de la mer chute de sept mètres pour chaque kilomètre parcouru. Cela pourrait très bien décrire la section fluviale du voyage, mais ce serait un confort froid une fois que vous aurez franchi la cascade.

« La société peut être bercée par un faux sentiment de sécurité par des projections fluides du changement mondial. »

Comment Nordhaus a-t-il justifié l’utilisation d’une fonction lisse pour décrire l’impact du réchauffement climatique, alors que les climatologues disent qu’il existe des « éléments de basculement » dans le climat de la Terre ? Comment peut-il nier qu’une « fonction dommage » doive avoir une discontinuité ? Par, semble-t-il, ne pas comprendre complètement la recherche sur le climat.

Dans le manuel de son modèle DICE, Nordhaus déclare : « La version actuelle suppose que les dommages sont une fonction quadratique du changement de température et n’incluent pas de seuils précis ou de points de basculement, mais cela est cohérent avec l’enquête de Lenton et al. 5

C’est tout simplement faux. L’article de Lenton, clairement intitulé, Tipping elements in the Earth’s climate system 6 , concluait :
« La société peut être bercée d’un faux sentiment de sécurité par des projections fluides du changement global. Notre synthèse des connaissances actuelles suggère qu’une variété d’éléments de basculement pourraient atteindre leur point critique au cours de ce siècle sous le changement climatique anthropique » (c’est moi qui souligne).

C’est exactement le contraire de ce que Nordhaus a prétendu. Les climatologues ont catégoriquement rejeté sa fonction sans discontinuité. La baisse progressive du PIB prédite par le modèle de Nordhaus, et tous les « modèles d’évaluation intégrés » produits par les économistes qui font partie des rapports du GIEC, sont complètement en contradiction avec ce que les climatologues – écrivant également pour le GIEC – ont conclu.

Tim Lenton est climatologue à l’Université d’Exeter, au Royaume-Uni, où, pour citer la page Web de son université, « lui et son groupe se concentrent sur … le développement d’un système d’alerte précoce des points de basculement climatiques ». Son article de 2008 était une première étape dans l’identification des composants du système climatique de la Terre qui pourraient déclencher un réchauffement planétaire incontrôlable. Il a fourni une définition formelle d’un point de basculement et décrit les composants de la biosphère qui pourraient être poussés dans un état qualitativement différent par une augmentation suffisamment importante de la température mondiale comme des « éléments de basculement ». Lenton dit :
« Dans les discussions sur le changement global, le terme point de basculement a été utilisé pour décrire une variété de phénomènes… Nous proposons une définition formelle, introduisant le terme « élément de basculement » pour décrire les sous-systèmes du système Terre qui sont au moins à l’échelle sous-continentale et peut être commuté – dans certaines circonstances – dans un état qualitativement différent par de petites perturbations. Le point de basculement est le point critique correspondant – dans le forçage et une caractéristique du système – auquel l’état futur du système est qualitativement altéré. 7

L’enquête de Lenton n’a considéré que les grandes composantes du climat de la planète (des systèmes qui étaient de l’ordre de 1 000 km de long), et qui pourraient être déclenchées par l’augmentation de température attendue ce siècle. Il a conclu :
« La plus grande (et la plus claire) menace pèse sur l’Arctique, avec une perte de glace de mer estivale susceptible de se produire bien avant (et potentiellement de contribuer à) la fonte du SIG [Groenland Ice Sheet]. Les éléments de basculement dans les tropiques, la zone boréale et l’Antarctique occidental sont entourés d’une grande incertitude et, compte tenu de leur sensibilité potentielle, constituent des candidats à une société surprenante. L’exemple archétypal d’un élément de basculement, le THC [circulation thermohaline atlantique – dont une partie est le Gulf Stream qui maintient l’Europe plus chaude qu’elle ne le serait autrement] semble être une menace moins immédiate, mais le sort à long terme du THC sous le réchauffement important reste une source de préoccupation. 8

Comment diable Nordhaus a-t-il lu cet article et pensé qu’il justifiait l’utilisation d’une fonction lisse plutôt qu’une fonction avec des points de basculement ? je ne peux pas savoir bien sur,

mais je crois qu’il n’a pas du tout lu le journal ou, au mieux, l’a scanné jusqu’à ce qu’il trouve une phrase qui semble soutenir la conclusion à laquelle il voulait parvenir, puis s’est arrêté. Il y a une telle phrase, au début du troisième paragraphe de l’article : « Beaucoup des systèmes que nous considérons n’ont pas encore de points de basculement établis de manière convaincante. » 9

Lue hors contexte, cette phrase pourrait impliquer que l’existence de points de basculement n’a pas été prouvée et que, par conséquent, une fonction lisse comme un quadratique est bien. Mais tout le reste dans le document, y compris les phrases de chaque côté de celle-ci, crie qu’une fonction lisse ne doit pas être utilisée. Curieusement, Nordhaus cite cet article dans le manuel DICE mais ne le cite pas. Et la référence n’est pas dans sa bibliographie.

« Beaucoup des systèmes que nous considérons n’ont pas encore de points de basculement établis de manière convaincante. »

Il est simple de montrer à quel point une fonction lisse est trompeuse en utilisant une fonction qui est par ailleurs très similaire à celle de Nordhaus, mais qui a un point de basculement. Il s’agit d’une fonction qui coïncide avec la prédiction de Nordhaus sur les dommages causés par 1°C de réchauffement climatique, cube la différence entre la température réelle et le niveau préindustriel, et la divise par une température de point de basculement moins la température réelle.

La figure 3 représente la fonction de Nordhaus et deux fonctions avec des points de bascule, l’une au point 2°C choisi par les climatologues (Steffen et al. 2018) 9comme point de danger pour la planète, l’autre au niveau de 4°C que Nordhaus considère comme « optimal » pour la planète. La différence entre les fonctions de point de basculement stylisées mais réalistes et la fonction lisse irréaliste de Nordhaus est dramatique. Même si Nordhaus (et l’humanité) a de la chance, et que le point de basculement réel est deux fois plus élevé que les climatologues le craignent, le réchauffement de 3 °C qu’il prédit ne réduirait le PIB que de 2 % le réduirait plutôt de 18 %. . Ce n’est pas non plus une préoccupation lointaine : nous sommes déjà à 1°C de réchauffement par rapport aux niveaux préindustriels, et même Nordhaus prédit que nous atteindrons 3°C de réchauffement en 2070 (voir figure 2). Ce n’est que dans cinq décennies, lorsque les militants d’Extinction Rebellion d’aujourd’hui espèrent prendre leur retraite.

Si les climatologues ont raison et que 2°C est le point de basculement, alors même selon les calculs de Nordhaus (voir figure 2), nous n’avons que 25 ans pour éviter des dommages catastrophiques à la fois à la biosphère et à l’économie. Cela ne signifie pas que l’économie cessera d’exister en 2045, mais que le taux d’augmentation de la température s’accélérera à cette date ou aux alentours de cette date, entraîné par des changements qualitatifs de la biosphère en plus de la rétention de chaleur via les gaz à effet de serre, et que ces changements qualitatifs des changements pourraient pousser la biosphère vers, ou au-delà, des températures qui ont déjà causé des extinctions massives , et qui seront sûrement incompatibles avec la société humaine industrialisée (voir figure 4 tirée de Steffen 2018).

Non seulement Nordhaus a ignoré ces avertissements des climatologues, mais les seuls changements qu’il a apportés à sa fonction de dégâts au fil des ans l’ont rendu moins capable de gérer les points de basculement 10  et ont réduit  le coefficient déjà minuscule qu’il utilise, de 0,35% en 1999 à 0,284 % en 2008, 0,267 % en 2013, 11 et 0,227 % en 2018. 12

C’est le prochain mystère dans DICE : comment Nordhaus a-t-il obtenu des chiffres aussi minuscules pour l’impact du changement climatique en premier lieu ? Ici, nous devons explorer la source des « points de données » auxquels DICE est ajusté : les 14 points sur la figure 1, qui proviennent d’une enquête sur les prédictions des économistes sur l’impact du changement climatique par l’économiste néerlandais Richard Tol. 13

Il y a de nombreuses faiblesses dans ces prévisions, mais la pire est sans aucun doute l’hypothèse, derrière au moins cinq d’entre elles, que l’effet relatif du climat sur le revenu dans différentes parties du monde aujourd’hui peut être extrapolé à l’effet des changements climatiques. sur le PIB de la planète entière au fil du temps. Dans cette hypothèse, les différences de température et de revenu entre, par exemple, Washington et Dallas, peuvent être utilisées pour prédire ce qui arrivera au PIB mondial si les températures mondiales augmentent de l’écart entre Washington et Dallas. Pour reprendre les termes de Tol, ces points de données sont basés sur l’hypothèse « que la variation observée de l’activité économique avec le climat dans l’espace se maintient également dans le temps ». 14   Il poursuit en commentant des études spécifiques :

« Le travail de [Robert] Mendelsohn… peut être qualifié d’approche statistique. Il est basé sur des estimations directes des impacts sur le bien-être, en utilisant les variations observées (dans l’espace au sein d’un même pays) des prix et des dépenses pour discerner l’effet du climat. Mendelsohn suppose que la variation observée de l’activité économique avec le climat dans l’espace se maintient également dans le temps, et utilise des modèles climatiques pour estimer l’effet futur du changement climatique…

« Comme Mendelsohn, Nordhaus et Maddison s’appuient exclusivement sur des observations, en supposant que le « climat » se reflète dans les revenus et les dépenses – et que le modèle spatial se maintient dans le temps. »

Nordhaus utilise des estimations empiriques de l’impact global du climat sur les revenus dans le monde (par cellule de grille), tandis que [David] Maddison examine les modèles de consommation globale des ménages (par pays). Comme Mendelsohn, Nordhaus et Maddison s’appuient exclusivement sur des observations, en supposant que le « climat » se reflète dans les revenus et les dépenses – et que le modèle spatial se maintient au fil du temps. 14

Qu’est-ce que ça veut dire? Cela signifie que ces économistes ont pris des données sur les niveaux de revenu et de température dans différentes parties des États-Unis aujourd’hui, ont effectué des régressions entre eux et ont trouvé une faible relation non linéaire entre le revenu et la température. En dessous d’une température annuelle moyenne « optimale » de 12 °C 15 , l’augmentation des températures est corrélée à l’augmentation des revenus ; au-dessus de cette température moyenne, la hausse des températures est corrélée à la baisse des revenus.

Étant donné qu’une grande partie de la masse continentale habitée du monde a une température moyenne inférieure à 12 °C, plusieurs de ces économistes ont conclu qu’une augmentation de la température mondiale par rapport aux niveaux préindustriels augmenterait en fait le PIB mondial. 16  Par exemple, le point le plus bas pour une augmentation de 2,5 °C dans la figure 1 montre un dommage négatif – ce qui signifie une amélioration – de 1 % du PIB par rapport à une augmentation de 2,5 °C de la température par rapport aux niveaux préindustriels (voir également la figure 5).


Dans leurs mots :
« Les résultats indiquent qu’il y aura de grands avantages du réchauffement dans l’ex-Union soviétique et les pays du bloc de l’Est. Les avantages dans cette région ont presque compensé les pertes dans les tropiques dans les résultats expérimentaux. Les bénéfices soviétiques représentent les deux tiers des bénéfices globaux nets dans les résultats transversaux. Les résultats suggèrent également qu’il y aura de grands avantages en Amérique du Nord et de petits avantages en Europe occidentale.

« Le facteur critique que ces pays bénéficiaires ont en commun est qu’ils sont actuellement froids, de sorte que le réchauffement est utile. » 17
Au contraire, cette hypothèse selon laquelle les différences de revenu et de température aujourd’hui peuvent être utilisées pour prédire le résultat du réchauffement climatique au fil du temps est encore plus insensée que la fonction de dommage quadratique de Nordhaus elle-même. Cela revient à supposer que l’énergie nécessaire pour se déplacer horizontalement est équivalente à celle nécessaire pour se déplacer verticalement.

Plus sérieusement, il ignore l’enjeu clé du réchauffement climatique : l’impact de retenir beaucoup plus d’énergie dans la biosphère. Une fois passé le point de basculement – ​​que ces économistes ignorent également – ​​le niveau d’énergie de l’ensemble de la biosphère augmentera énormément.

Ainsi, alors que la température et les précipitations diffèrent d’un endroit à l’autre aux États-Unis aujourd’hui, la quantité d’énergie dans l’atmosphère mondiale est inchangée. Il se peut fort bien que les revenus dans les régions du monde avec des températures moyennes de 11°C aujourd’hui soient inférieurs à ceux des régions avec des températures moyennes de 12,5°C aujourd’hui. Mais cela ne vous dit absolument rien sur l’impact sur le PIB de l’augmentation de la température de l’ensemble de l’atmosphère terrestre de 1,5°C au fil du temps.

De plus, la plage de température mondiale va aujourd’hui de moins 90 °C en Antarctique à plus de 70 °C au Moyen-Orient. Si la température augmente de 1,5°C à travers le monde, la plage sera de moins 68,5°C à plus 71,5°C. Des températures élevées qui n’existent pas sur la planète aujourd’hui se produiront ; les basses températures qui existent aujourd’hui vont disparaître. L’impact que cela aura à travers le monde ne peut tout simplement pas être estimé en extrapolant à partir des relations entre le PIB actuel et les plages de température. Le changement dans la plage de températures causé par le réchauffement climatique est tout simplement ignoré par l’hypothèse de « la configuration spatiale se maintient au fil du temps ».

Les modèles d’évaluation intégrée conçus par d’autres économistes, utilisés par le GIEC pour prédire les conséquences économiques du réchauffement climatique, ne sont pas mieux informés.

Ils sont à l’origine des affirmations du GIEC sur l’impact économique du changement climatique qui banalisent le danger des changements de température extrêmes. Les exemples incluent l’affirmation du rapport du GIEC de 1996 selon laquelle une augmentation de 10 °C de la température mondiale – bien au-dessus des niveaux qui ont causé des extinctions de masse dans le passé – réduirait le PIB de 6 % seulement 19 et un autre rapport du dernier rapport du GIEC selon lequel une augmentation de 2 °C réduira le PIB de seulement 0,2 à 2 %. 20

Ces prévisions du GIEC, dérivées directement des travaux de Nordhaus, Tol et d’autres économistes traditionnels, sont si insignifiantes qu’elles sont citées et promues par des négationnistes du changement climatique comme Bjorn Lomborg. Plus important encore, ce sont les aspects des rapports du GIEC qui sont pris au sérieux par les politiciens obsédés par la croissance économique, tandis que les terribles avertissements des climatologues sont effectivement ignorés.

Étant donné à quel point le travail des économistes sur les impacts économiques du changement climatique a été irrémédiablement mauvais, cette évaluation devrait être laissée aux scientifiques du climat comme Steffen, Lenton et Garrett. 21-24  On peut leur faire confiance pour au moins comprendre ce que signifie le réchauffement climatique.
Et c’est précisément ce que disent les vrais climatologues, mais vous devez lire entre les lignes, ce qui explique peut-être pourquoi des économistes comme Nordhaus continuent de les ignorer. Voici Steffen et ses 15 collaborateurs — dont Lenton — d’août de l’année dernière :

« Étant donné à quel point le travail des économistes sur les impacts économiques du changement climatique a été irrémédiablement mauvais, cette évaluation devrait être laissée aux scientifiques du climat. »

« Avec ces tendances susceptibles de se poursuivre au moins au cours des prochaines décennies, la manière contemporaine de guider le développement fondée sur des théories, des outils et des croyances de changement graduel ou incrémentiel, en mettant l’accent sur l’efficacité de l’économie, ne sera probablement pas adéquate pour faire face à cette trajectoire. Ainsi, en plus de l’adaptation, l’augmentation de la résilience deviendra une stratégie clé pour naviguer dans l’avenir. » 25

Ils l’ont dit beaucoup plus poliment que moi. Pour moi, les interventions de Nordhaus sur le changement climatique ont banalisé les dangers et ont ainsi contribué à retarder les actions critiques pour prévenir le changement climatique. Lui et ses collègues économistes devraient être exclus du GIEC et remplacés par des scientifiques qui ont une bien meilleure compréhension des dangers de libérer autant d’énergie sur notre biosphère sensible.

Plutôt que « d’intégrer le changement climatique dans l’analyse macroéconomique à long terme », comme le dit sa citation Nobel, Nordhaus a conduit l’humanité sur le chemin du jardin vers un éventuel abattoir. Il emportera son prix Nobel dans la tombe, mais nous devrions quitter sa marche de la mort, maintenant. Espérons qu’avant qu’il ne soit trop tard. Les climatologues eux-mêmes demandent que l’approche adoptée par les économistes pour atténuer le changement climatique soit abandonnée. Il est temps que leur appel soit entendu.

Quand KEEN pulvérise Nordhouse :

6 commentaires sur « Steeve keen, un économiste hétérodoxe a méchamment défoncé le modèle DICE. »

  1. « Lorsque les générations futures regarderont en arrière pour essayer de déterminer pourquoi l’humanité a tardé à agir contre le changement climatique »

    Lorsque les générations futures regarderont en arrière ça sera pour déterminer qui veut les bouffer, pas plus.

    mon médecin m’a demandé de mettre le masque…
    Je lui ai dit que ça ne protégeait pas des virus.
    Qu’en savez-vous, vous êtes scientifique? m’a-t-il répondu.
    Non, mais c’est écrit sur la boite…et je SAIS lire.

    contrairement à beaucoup de gens, apparemment
    Surtout des gens éduqués.
    J’ai vu la détresse dans son regard, mais c’était peut-être dû à mon pantalon et mes bottes de travail.
    Sales connards imbus d’eux-même.

    Aimé par 1 personne

  2. l habit ne fait pas le moine, si il est vrai que la plupart des blouses blanches sont des vrais cons en tous cas ne jamais oublier que ce ne sont que des fonctionnaires payes par la secu, a plus secu a plus clients….

    J'aime

  3. Tout cela c’est de l’enculage de mouche. D’un côté, le GIEC et tous ses affidés gouvernementaux/multinationales, de l’autre des chercheurs qui dépendent de donations ou de subsides étatiques pour vivre donc gouvernementaux/multinationales itou. Et le tout sur une tranche de temps de quelques décennies, passées ou à venir, à peine l’épaisseur du trait dans l’histoire de la Terre. Et franchement, traiter des pertes de PIB ou pas, alors que le PIB est déjà une grosse arnaque, c’est quand même à hurler de rire. Qu’il essaient déjà, sachant que les hommes étaient déjà présents et écrivaient sur du papier, d’appliquer leurs théories sur des valeurs du passé, type le minimum de Maunder au XVIIème siècle. Et s’ils y arrivent, qu’ils fassent leurs jolis tableaux sur les conditions de l’Antarctique il y a 500 millions d’années pour « comprendre » ce qui a bien pu motiver le fait de passer des dinosaures (PIB des dinosaures?) à 4 km de glace. Vu que l’homme n’y était pas, que les dinosaures chiaient grave et balançaient probablement plein de méthane dans l’atmosphère et que les volcans étaient nettement plus actifs que maintenant. Je ramasse les copies dans 4 heures….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer