Covid, sida… et métaphysique. Et si on regardait dans le temps comment ça a évolué ?

En lisant certaines documentations, on apprend des choses assez folles et celle qui m’a le plus cassé c’est de réaliser que Luc Montagnier n’est pas si fou que ça.

Aujourd’hui : Covid, virus, transmissible, faire attention, masque, piqûre obligatoire, bla bla, enjeux techno-sociétaux, paradoxe thermo-économique néanmoins. Pour l’exemple en cours regarder dans le temps futur est un exercice que je ne maitrise pas et je n’ai pas de problème avec ça comme vous le savez.

Ce qu’on voit en martèlement c’est de croire la science, de s’y soumettre et une fois que quelque chose est fait, acté, décidé, on ne revient jamais dessus.

Maintenant j’aimerais qu’on se penche sur DUESBERG. Montagnier a validé dans la presse et en vidéo que le VIH se soigne par une bonne alimentation et un mode de vie sain. Au début j’ai tiqué parce que j’étais fermé sur l’avis général public consensuel.

Si vous parcourez le PDF, et c’est très intéressant je vous y encourage, vous allez trouver ça : prenez le temps d’apprécier les courbes.

La 1° image montre les maladies diagnostiquées corrélées à l’usage des patients de drogue et très spécifiquement la coco et l’héro.

La corrélation entre les drogues et les hospitalisations et les saisies de came.

La même courbe qui descend dans les cas chez nous avec la baisse de la conso

Le propos de DUESBERG tel que présenté est simple, le HIV on n’en meurt pas, ce n’est pas lié au SIDA en tant que tel, c’est la malnutrition et la came et l’hygiène de vie qui induit le SIDA et non pas le HIV seul. Tous les contaminés SIDA sont des PD et/ou des camés ( si on retire la contamination sanguine accidentelle médicale ) l’encart jaune en fin de PDF souligne que le fric est orienté dans un puits sans fond.

Là où je veux en venir, c’est qu’on a des comportements qui ont classé DUESBERG avec la même radicalité qu’aujourd’hui on cherche à enterrer les merdes sur le covid tel qu’un Dr. Malone par exemple..

La page Wikipédia fait honneur à elle-même :

premières perspectives :

Changement de modus operandi ? Pas tant que ca.

Pour le sida, d’un investissement continuel et d’une rente sur des produits qui coutent un bras et ne soignent rien , ils ne font que maintenir un état général: en 2013 1500€, après c’est tellement opaque qu’ils ne publient aucun prix fixe par tête, c’est illisible.

Pour le covid, une promesse de vie par un produit existant mais dont on devrait se faire piquer régulièrement, et le parc client est mondial au lieu d’être un groupe social.

En faisant les calculs de vérif des contaminés et des prix de traitement pour comparer avec le covid, on obtient ceci:

maladesprix traitement
SIDA38 millions dans le monde1500€ /mois ( EN FRANCE )173.000 personnes en france
3.11 milliards de revenu annuel
COVID7.8 milliards potentiel20€ la dose,
seuil moyen actuel x3,
468 milliards de dollars

3 milliards par an, sympa le business… pourquoi vacciner pour éliminer la rente, il faut être con…

Quant au covid, je mets de côté le remdesivir à 2000€ et tout le délire, je suis relativement sympa dans la démarche ainsi que tous les faux traitements en Afrique ou heureusement en passant on essaye de pondérer la démographie, merci billou.

Le point commun :

Si le HIV ne donne pas le SIDA comme tente de le démontrer DUESBERG ( scientifiquement le SIDA est un état de HIV stade 3 ) et qu’il est simplement une détérioration enclenchée par un mode de vie de merde et qu’il suffit comme le dit Montagner de bien se nourrir et pas manger à la nègre et ne pas se doper avant de se faire enculer dans les backdroors, y faut simplement bien se comporter. Du moins d’une certaine manière.

Qu’est-ce que promet la rigidité sociologique d’un monde sous oppression sanitaire sinon impulser de force des « bons comportements, les bons gestes à avoir« . D’obéir et de se soumettre au contrôle sanitaire, puis futurs administratifs. Et que ce passe t-il si vous ne respectez pas la réglementation.

Pourquoi insister si lourdement à vacciner tout le monde au-delà de l’aspect économique financier de la chose, puisqu’un comportement sain réel donné hors cadre de contrôle esquive le covid, passe outre sa financiarisation, tout comme le sida…

Il me parait non nulle comme possibilité que nous ne soyons qu’au début d’une organisation où tout comportement qui ne respecterait pas les codes de consommation soit dans un calque du sida. En très clair, t’as le HIV tu manges de la merde tu te cames, tu aggraves ta condition; avec le covid, si tu manges les additifs de la bouffe industrielle; si tu fumes tes merdes, ton état s’aggraverait. La pauvreté est synonyme de mauvaise qualité. Vous remplacez la coke et l’héro par les adjuvants et conservateurs dans la bouffe….. et le cocktail est là. On enclanche un phénomène futur dans 5 à 10 ans qui nécessitera encore une intervention et on déja planifié la prochaine rafle monétaire.

J’ai hâte de voir les études relayées par les journalistes qui diront  » le THC et le CBD accentue le covid !, l’alcool aussi ! Puis manger du porc ! « 

réflexion

Il ne s’agit bien sûr pas de tuer les gens, la dépopulation est une bêtise crasse, ce sont des consommateurs, il ne faut pas tuer une vie inutilement, ça ne coute rien de la faire et la remplacer mais elle rapporte quand même, si elle est malade, la santé est un business qui couvre la totalité de la vie d’un humain, c’est la longévité même du marché économique, le temps de vie. Et surtout, pour aller dans les champs, il faut des mains… dépeupler est idiot. L’énergie fondamentale que j’ai compris et qu’il me reste à placer dans ma théorie est l’énergie humaine, la paire de bras. C’est ça la ressource ultime.

L’humanité tiendra avec 30% d’énergie en moins, on fera plus de gosses parce que plus fragiles et comme avant besoin d’en avoir un qui arrive à l’âge adulte. Les blancs qui refusent par désir de confort de vie sont remplacés par des nègres, vu le niveau des blancs aujourd’hui y a plus aucune différence, tous des neuneus numériques illettrés et incultes.

De façon schématique si on regarde la structure des choses il n’y a pas tant de problème que cela en fait. On divise les gens, ça pleure encore pour zemmour et 2022, je maintiens mon martelage anti négros ( j’aime bien ça en fait c’est un hobby ) chacun reste sur ses positions et la tectonique emmène tout le monde et tout finit à la benne quoi qu’il arrive.

J’ai toujours pensé qu’on avait le droit de critiquer et dénigrer les choses mais à la seule condition de savoir de quoi on parle et de comprendre ce pour quoi on n’est pas d’accord au lieu de se contenter de manifester une frustration animale parce qu’on n’obtient pas ce qu’on nous nargue et agite sous le nez. Parce que justement, c’est quand on fait l’effort d’essayer de comprendre qu’on réalise que bcp de choses sont des artifices et des non-sens et qu’on apprend avec l’age à s’en défaire.

La vraie liberté s’obtient quand on comprend qu’être soi ne se fait qu’avec une longue expérience et que le temps de vie en général qui y est couplé est épuisé. On n’a pas le temps de mettre en pratique ce que la vie nous enseigne, le but de la vie n’est pas de bâtir, la vie est un cycle. On n’est pas fait pour le rompre et s’améliorer, c’est en cela que l’humain n’a jamais compris sa réelle condition et qu’il est voué à l’échec en tant qu’espèce comme toutes celles qui se sont éteintes, puisqu’il cherche à prendre le contrôle de ce qui par design lui est interdit et n’ayant ni l’humilité, ni la capacité ni les connaissances ni l’honnêteté mentale, morale, animal oblige, il ne peut que détourner ce qu’il entreprend pour son propre usage et finit par se le retourner contre lui inéluctablement.

Les problèmes de civilisation sont des problèmes insolubles où l’animalité est mesurée par chacun et l’humanité aussi et le référentiel ne s’imbrique pas. Tout acte humain de suppression d’une sous espèce d’homme et de culture se traduit par un acte de barbarie qui relègue l’exécutant au même titre que celui qu’il vise à exterminer. C’est cela, la condition humaine, on juge autrui sans se regarder et on ne peut pas résoudre ce qui est la constituante fondamentale du problème, c’est ce que nous sommes.

Sur un temps long de l’espèce, l’hypervélocité est une normalité finalement, c’est une conséquence d’une fin de cycle. Certainement aurons-nous des nouvelles itérations d’animaux savant dans les millions d’années qui viennent.

Comprendre le communisme, sans cautionner ses ratages applicatifs bien entendu, ce n’est pas si donné à tout le monde que ça. Quand on demande à un libéral ce qu’il pense du communisme, il dira que ce sont des fous, des dégénérés, mais si on lui demande d’expliquer, il n’en est pas capable parce que la limite, la barrière de son explication sera sa propre personne, il opposera l’individualisme au communautarisme, il n’est pas capable de se remettre en question. La volonté sur le papier d’un ordre social et communautaire pré révolutionnaire est une continuité historique de très longue date pré confucianiste….. le mythe de l’age d’or est une constante de l’antériorisation comparative des qualités de vie et de la jalousie des grands par les subalternes dans une construction pyramidale de société où l’ordre doit par nature être ordre mais où la qualité égalitariste avec une vraie synergie est au sens naturel un contre sens évolutif.

Céder la place au plus faible pour manger la proie quand les forts s’éreintent à courir pour finalement manger les restes est une idiotie qui a été actée dans le libéralisme.

Il n’y a pas de solution. Les individus sont aussi différents qu’est le référentiel, il n’a pas de calque, pas de modèle et pire les gens changent dans le temps ( du moins ils se révèlent à leur vraie nature quand les éléments déclencheurs sont réunis ), l’atomisation moléculaire culturelle individualiste de l’homme au sens de l’eau, est là aussi, une conséquence naturelle, pour que cela ait une chance de perdurer, on doit pouvoir glisser l’un sur l’autre sans s’accrocher, il y a énormément de conception métaphysiques qui passe à côté de la compréhension de l’espèce humaine.

L’enseigner résout des problèmes, en génère d’autres. Il y a toujours un équilibre. Sauf qu’on ne le voit pas. On ne sait même pas qu’il existe. Et ceux qui veulent aller de l’autre côté de la balance refusent d’admettre la nécessité de l’équilibre et veulent simplement être dans une force qui place les choses sur la balance, alors qu’elle ne fait qu’onduler, perpétuellement pour s’équilibrer, elle n’est pas immobile.

On ne peut pas demander à bientôt 8 milliards d’animaux d’assimiler une leçon existentielle de cette complexité quand ils ne vivent que 70 ans en moyenne et que certains traversent leur vie sans jamais avoir compris ce qu’ils avaient traversé.

Conclusion

Le retour du féodalisme induit de nouveau un dark age, le pendule repart dans l’autre sens, vers l’arrière, ceux qui ont connaissance d’une position et amplitude maximale plus en aval sont des hérétiques. La régression sera lente, douloureuse et elle sera probablement définitive, parce que le mécanisme qui verrouille le processus est celui de la priorisation comme à la chasse dans une meute avec un alpha. On reprend la forme originelle et on se detache de la libéralisation des esprits qui nous a érigée comme hommes défiants le monde animal et la nature.

Cependant, je ne sais pas si c’est bon ou non, suivant le regard sur maintenant et ce qu’on veut maintenir, c’est probablement mon esprit qui bloque encore l’acceptation de certains paramètres.

3 commentaires sur « Covid, sida… et métaphysique. Et si on regardait dans le temps comment ça a évolué ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer