Les confirmations historiques-sociales & énergétiques subtiles que personne n’a le droit de mettre cote-à-cote

1- EIA pré covid:

Vous noterez -25% minimum dans la demande d’énergie pour 2030, la suite… on verra par tranche de 10, on a le temps… quant au CO2 qu’ils se le foutent dans le cul, c’est le dernier des non-problèmes sur terre.

2 – Crise énergétique post covid :

Après covid circus on voit bien dans les informations que depuis la position médiatique sur les approvisionnements dont les chaines auraient été perturbées en 2020 et non pas faire la connerie de voir ça aujourd’hui, la preuve sur la courbe du graph du dessus, il s’est passé quelque chose. Les commerçants ont réappris l’art de la simulation de pénurie pour augmenter les marges, et on a aussi profité d’accuser les producteurs de ne livrer QUE ce pour quoi ils étaient payés. En face, y vont pas jouer les samaritains en donnant pendant qu’ils se font chier sur la gueule à longueur de journée, il faut être un peu réaliste dans l’analyse.

Il y a une multitude de crans sur le pignon pour maintenir la destruction ciblée et la mécanique est régulière. Covid circus, puis approvisionnement, puis c’est l’énergie. Et c’est dans les conséquences par gravité croissante également . On enferme les gens, puis on les sèvre un peu, après on augmente les factures, l’étape d’après est bien entendu le rééquilibrage de budget dans ce qu’on ramène à la maison :

Les prix ne vont jamais descendre, quand on passe de x à 3x pour un prix, c’est comme la drogue, on ne s’en passe plus. L’anti sevrage par manque de disponibilité maintiendra le niveau, en adéquation avec la justification du cout de la viiiiiie, des difficultéééés, des pénuriiiiiies. En 2022 on parlera de gueeeeerre…

La dernière confirmation vient de cet article, je ne recopie que le paragraphe concerné, le reste c’est de la merde :

I do not understand how the fiscal voracity of some governments blinds them to two important risks:

– an energy crisis that leaves businesses and families suffocated by a price increase caused by political decisions, and

– a massive reaction of the population against environmental policies when they see prices skyrocket due to planning errors (more volatile and intermittent energy mix and dependent on gas) and legislation (charging citizens with the full cost of environmental policies and making those who pollute pay, and those who do not, pay even more ).

The most cautious estimates warn that the energy crisis can leave up to 25% of companies (small and medium enterprises, SMEs) in Europe in bankruptcy – since for them energy is 33% of their costs – and erode up to 1.5% of growth of the eurozone, which is already poor anyhow.

La plus prudente estimation avertie que la « crise énergétique » peut laisser jusqu’à 25% des PME en banqueroute, parce que 33% de leurs coûts sont d’ordre énergétique, et que ça érode 1.5% de croissance dans la zone euro qui est déjà merdique.

Voyez le sens des mots, comment on cache 25% en maximum dans une estimation prudente… si je prends une prudente en max 25% et une terrible à 50% si dans les deux cas on a un résultat de 40%, par rapport à 50% ça ne sera pas si mal, mais pas rapport à 25 ça sera catastrophique. Une prudente jusqu’à 25% ça signifie qu’il y a pire dans des montants bien plus élevés, c’est vraiment un sous-entendu.

Là où je veux en venir, c’est que le prudent 25% c’est exactement ce sur quoi table l’EIA en 2020 dans les estimations de consommation pour le palier de 2030. Le tableau de début d’article. L’information cachée elle est là. l’eia a dit -35%~ de ressource pour 2040. Avec les variations entre les estimations, les stocks réels et les volontés politiques et l’économie réelle on a une marge mais on est globalement dans la fourchette. On est sur des rails.

3- révolution

L’article prend tout son sens quand on regarde la cible. Puisque tout consomme de l’énergie, tout est impacté et ceux qui font du service, de l’aide à la personne, contrairement aux idées reçues une fois le planning et le bureau organisé, de jour, ça ne consomme rien et c’est mettable en solaire avec onduleur. Y a que le transport sur site qui pose problème. Mais une industrie, ou même un restaurant, de l’outillage, de l’équipement, tout est infiniment plus compliqué sans énergie. Or la cible dans le texte, ce sont les PME. Et que font les 3/4 des PME dans le pays, c’est de l’artisanat. C’est du travail manuel avant tout.

Le gouvernement ne publie plus aucun compte rendu des PME ni de l’artisanat depuis 2018, 2 ans avant le covid. La cible c’est que suivre un truc qui va disparaît n’a aucune utilité. Le cannibalisme sociétal en cours c’est une OPA sur les fonds de commerce. Tout ce qui peut être raclé le sera. MC Donalds survivra, par contre le pizzaboy en camion, un petit agrément et une petite formation avec une carte /autorisation de vente au détail et hop, on coupe dans le gras.

Le processus de rationalisation des couts du capitalisme est en ces temps réaffirmés dans des coupes budgétaires et les libertés de chacun de prétendre à consommer librement de l’énergie en fonction de ses capacités à les payer pour son usage. C’est intolérable ! Comment un gueux peut-il consommer de l’énergie et vivre par lui-même. On ne fait que taxer ce qu’il déclare, comment fait-on s’il est payé en liquide. Qui nous dit qu’il ne NOUS VOLE PAS !!!

Et là surgit du néant des idées à cons : et si on tuait le cash pour fliquer le pognon à 100.00%… Et là c’est le drame.

Le XXIème c’est l’ère de la sociopathie généralisée. On fracasse les rendements éparses de chacun pouvant mener à l’équilibre à termes des hommes par une régulation destructrice testosterokeynesienne, pour l’unique motif, non pas que le véritable laisser faire économique est un problème ou qu’il ne fonctionne pas, mais au contraire, je pense très sérieusement qu’une fois que les processus et les connaissances sont passés dans le langage commun, chacun est à égalité dans sa potentialité de générer du pognon et les talents submergent ceux en poste et ils se font submerger. Le début de la fin kakistocrate. Et c’est la technologie qui fait que ça dégueule. On le voit bien avec un simple exemple : hadopi.
En un mot, les connaisseurs voit EXACTEMENT ce que je veux dire entre l’état de fait, le possible, la régulation, l’état, et la situation, le monde réel. En un mot. HADOPI.

Ce qu’il se passe c’est une tentative de décapitation généralisée pour préserver le système dans sa forme pour éviter que le pouvoir et le contrôle soient perdus en essayant de retourner la technique contre les utilisateurs. Sauf qu’ils sont de formation politicien, pas informaticien ni ingénieur. Ce sont des imbéciles. La phrase qui consiste à dire qu’il ne faut pas les considérer comme tel parce que cela cache la trahison est obsolète, comme tout savoir il se corrompt et n’est plus viable, et le covid l’a démontré, ils ne sont plus en capacité à gouverner ils n’ont plus les compétences ils sont dépassés, ils ne faut plus de politiciens mais des ingénieurs et des vrais techniciens multi secteurs, et non plus des avocats ou des médecins pour 70% d’entre eux. Leur formation ne leur sert qu’à se défendre des conneries qu’ils font une fois en poste.

Ça n’a rien à voir avec le pognon, c’est une domestication, réimpulser pour préserver un système d’ordre et de caste de la même manière que l’aristocratie ne voulait rien concéder durant la révolution. On est en train de refaire exactement le même calcul, la même attitude, on cherche à castrer le peuple et la classe montante des PME pour maintenir un avantage qui de fait est visible, les gros font de la merde trop cher et les petits sont meilleurs et plus réactifs et spécialisés, les PME sont hypervéloces pour ceux qui veulent vraiment bosser et les grands groupes sont des mous de la bite en pompe à fric actionnariale, et on a exactement le même processus sociétale dans la fonction publique pour maintenir un degré de captation, de ponction multi-échelons pour assurer le train de vie d’incapables.

L’entropie aggravée est induite par une volonté de maintenir quelque chose qui n’a plus de raison d’être. Le modèle est en train de se suicider pour éviter de donner le contrôle à quelque autre géométrie. C’est ce qui explique l’incapacité à gérer le covid pour faire du fric, c’est ce qui explique les manipulations des prix pour maximiser les gains, c’est ce qui explique les pertes de libertés et les menaces de sanctions financières pour les non-vaccinés parce qu’ils n’obéissent pas.

Ça ne peut pas continuer ainsi et ça ne peut que dégénérer TRÈS VIOLEMMENT parce que le lean management ne fonctionne que quand il y a du gras. Quand on reste dans du maigre, ça ne suffit pas quand on n’a pas de réserve calorique.

Un avis sur « Les confirmations historiques-sociales & énergétiques subtiles que personne n’a le droit de mettre cote-à-cote »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer