Pensée magique sur l’énergie verte

Rédigé par Charles Hugh Smith via le blog OfTwoMinds,

Les incitations doivent passer de « les déchets, c’est la croissance » à l’hyper-efficacité, la conservation, le droit à la réparation et les objets manufacturés conçus pour durer une génération ou plus et être recyclables à grande échelle.

Les humains aiment la nouveauté mais n’aiment pas le changement. Il est facile de confondre les deux.  Lorsque nous disons « J’ai besoin d’un changement », nous voulons dire « J’aimerais être rafraîchi par une nouveauté » et non « Je veux toute l’incertitude, l’ambiguïté et le potentiel d’erreurs et de pertes qui accompagnent le changement ».

Les humains aiment un nouveau modèle de camion (nouveauté) mais n’aiment pas que leur camion soit enlevé (changement).

Puisque la vie est un changement, nous en faisons tous l’expérience. Certains changements nous arrivent, d’autres sont le résultat de choix conscients que nous faisons.

Chaque individu a un mélange d’aptitudes, de stratégies et d’expériences avec les deux types de changement. Certains d’entre nous sont meilleurs pour gérer un type ou l’autre, certains ne gèrent pas très bien ni l’un ni l’autre, certains gèrent tous les changements remarquablement bien.

Très peu d’entre nous disent : « J’aimerais bien avoir une crise sanitaire. Nous ne choisissons pas la crise sanitaire, mais nous choisissons notre réponse.

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai eu des accidents (crises de santé), des changements de carrière majeurs et de multiples déménagements dans différents lieux.

en règle générale, les changements que nous choisissons / dirigeons ont un aspect push-pull : il y a quelque chose de négatif que nous voulons éviter ou mettre fin, et quelque chose de positif que nous voulons obtenir.

Par exemple, nous pourrions réaliser que notre travail actuel est une impasse insatisfaisante (le négatif) et nous avons besoin d’une carrière plus satisfaisante (le positif).

Une crise sanitaire est négative mais la perspective qu’elle soit le catalyseur d’un mode de vie plus sain est positive.

Être licencié ou perdre notre emploi est négatif (pas le changement que nous voulions ou choisissons) mais une fois que nous acceptons que notre vie va changer d’une manière ou d’une autre, nous pouvons voir ce négatif comme un catalyseur positif – un geste que nous n’avons pas fait. t choisir pour diverses raisons, mais un geste positif car sinon nous n’aurions pas pris tous les risques et les incertitudes qui accompagnent la construction d’une autre carrière.

En tant qu’espèce, l’humanité approche de la fin des 200 dernières années d’expansion de la consommation d’énergie.  Dans les premières étapes de cette vaste expansion, une grande partie de la nouvelle énergie a été consacrée à des améliorations positives : électrification rurale, énormes progrès dans la production alimentaire et les soins de santé, etc.

Mais au-delà d’un certain point, l’énergie et les ressources sont consacrées à la consommation plutôt qu’à l’investissement, ce que j’appelle « les déchets, c’est la croissance » :  une fois que nous avons défini la consommation d’énergie/ressources comme mesure de la prospérité, les véhicules brûlant du carburant dans les embouteillages, la nourriture qui a ont été jetés, les avions à moitié vides et ainsi de suite sont considérés comme une « croissance » positive parce que plus de carburant et de ressources ont été consommés.

Inutile de dire que les déchets ne sont pas de la croissance, c’est un gaspillage de ressources précieuses.

Les humains s’habituent aux nouvelles conditions avec une facilité remarquable. Des conditions initialement horribles (camps de prisonniers du Goulag, etc.) ne sont bientôt plus que « de la vie quotidienne ».

Ainsi, les humains se sont habitués à « les déchets, c’est la croissance » et considèrent le gaspillage d’énergie et de ressources parfaitement normal et souhaitable, car les déchets sont plus pratiques que la conservation et l’efficacité.

Quand on dit aux humains 1) que les hydrocarbures sont une ressource limitée qui deviendra bientôt plus chère à extraire et 2) que la combustion d’hydrocarbures ruine la biosphère dont nous dépendons tous, peu d’humains pensent « ça alors, nous devrions utiliser beaucoup moins d’énergie ».

Au lieu de cela, ils pensent : « Remplaçons ces 30 milliards de barils de pétrole, les 30 milliards (équivalents) de barils de gaz naturel et les 30 milliards (équivalents) de barils de charbon que nous brûlons chaque année par de l’« énergie verte » qui ne pollue pas le biosphère avec des gaz à effet de serre et d’autres conséquences négatives. »

Comme l’homme n’aime pas le changement mais aime la nouveauté, il est très facile d’anticiper les taxis aériens à propulsion électrique (petits hélicoptères), un milliard de véhicules tout électriques, etc., tous alimentés par des sources d’énergie « vertes » « renouvelables » comme les éoliennes et les panneaux solaires.

La transition loin des hydrocarbures ne nécessitera aucun sacrifice ni inconvénient, ce sera une transition en douceur du véhicule à pétrole au véhicule électrique, des générateurs au gaz au solaire/éolien et aux batteries, etc.

Tout dans le nouveau système énergétique sera naturellement recyclable.

Malheureusement, la transition en douceur prévue vers toutes les énergies renouvelables est une pensée magique dans pratiquement tous les sens.

Les énergies renouvelables ne sont pas réellement renouvelables, elles s’usent et doivent être remplacées, elles sont donc « remplaçables » et non « renouvelables ».

Toutes ces sources d’énergie « remplaçables » consomment des quantités énormes de minéraux, de métaux et d’énergie à construire, entretenir et remplacer tous les 10 à 20 ans.  (La durée de vie théorique est prétendument de 30 ans, mais la durée de vie réelle est par conséquent inférieure.)

Toutes ces sources d’énergie « remplaçables » étant diffuses et intermittentes, l’énergie qu’elles génèrent fluctue dans une large gamme et doit être concentrée pour être stockée/utilisée dans des batteries ou des stockages mécaniques (réservoirs avec générateurs hydroélectriques, etc.) ou des stockages chimiques (conversion de l’électricité en hydrogène pour être utilisé comme carburant).

Les milliards de batteries nécessaires pour stocker toute cette énergie électrique doivent également être remplacées tous les dix ans environ,  et le recyclage des batteries est difficile et coûteux. Il n’y a rien de « vert » à distance dans l’exploitation minière de la planète pour le lithium, le cobalt, etc. ou dans la fabrication de milliards de batteries.

« Ne faisons pas sauter une montagne et appelons-la verte »

Quant au recyclage :  un infime pourcentage des sources d’énergie ou des batteries « remplaçables » sont recyclés car c’est trop difficile et coûteux.

L’ampleur requise pour remplacer 90 milliards de barils d’hydrocarbures par des sources d’énergie diffuses et intermittentes et des batteries est difficile à appréhender.

Voici la réalité :

« La production annuelle de la Gigafactory de Tesla, la plus grande usine de batteries au monde, pourrait stocker l’équivalent de trois minutes de demande annuelle d’électricité aux États-Unis. Il faudrait 1 000 ans de production pour fabriquer suffisamment de batteries pour deux jours de demande d’électricité aux États-Unis. –100 livres de matériaux sont extraits, déplacés et traités pour chaque livre de batterie produite. »

Ce rapport résume succinctement les limites physiques des efficacités éolienne et solaire  et l’impossibilité de remplacer tous les hydrocarbures par des sources d’énergie qui nécessitent des millions de tonnes de minéraux, métaux, béton, etc., ne sont pas recyclables et doivent être remplacés à chaque génération. La « nouvelle économie énergétique » : un exercice de pensée magique

Ce rapport résume pourquoi il est impossible d’obtenir tous les minéraux/métaux requis :  L’extraction des minéraux et les limites de la croissance

L’illusion d’une croissance économique infinie :  Même les technologies « durables » telles que les véhicules électriques et les éoliennes sont confrontées à des limites physiques infranchissables et à de graves coûts environnementaux.

Si vous préférez une présentation vidéo, Nate Hagens compresse 15 ans de recherche en 2 heures et 50 minutes :  Earth and Humanity : Myth and Reality  (2:50 heures)

Il existe de nombreuses autres ressources qui rapportent les mêmes réalités physiques : l’extraction, la fusion et le transport des millions de tonnes de matériaux nécessaires seront catastrophiques pour l’environnement, car cela ne peut être accompli qu’en brûlant des hydrocarbures et en jetant des déchets sur la planète.

Quant à l’énergie nucléaire : l’Inde a investi des milliards de dollars et des années pour essayer de terminer un réacteur au thorium à grande échelle, jusqu’à présent sans succès ; Pour remplacer toute l’énergie des hydrocarbures par de l’électricité d’origine nucléaire, les États-Unis devraient mettre en service un nouveau réacteur chaque semaine pendant des années. Il n’y a pas eu un seul nouveau réacteur construit depuis des décennies, c’est donc le summum de la pensée magique.

Il est beaucoup plus facile de vendre de la monnaie si c’est facile, pratique, bon marché et ne nécessite pas de sacrifices. Mais ce n’est pas ainsi que fonctionne le changement.

Voici comment fonctionne le changement que nous ne choisissons pas : « vous avez eu une crise cardiaque et avez failli mourir. Si vous voulez vivre plus de quelques mois, vous devrez changer complètement votre mode de vie, votre alimentation et votre forme physique. »

Malheureusement, il n’y a pratiquement rien de facile, pratique ou bon marché qui ne nécessite pas de sacrifices pour changer votre style de vie à partir de zéro.

Pour apporter les changements nécessaires, nous devons façonner une vision positive et des incitations et des objectifs différents : plutôt que de mettre la sensation en bouche et le goût avant tout, nous redéfinissons les incitations à manger les aliments les plus sains de la manière la plus savoureuse. Plutôt que de trouver des excuses pour ne pas faire d’exercice, nous trouvons une forme d’exercice que nous aimons (ou du moins pouvons tolérer) et qui peut être intégrée dans une nouvelle habitude.

Nous comprenons tous l’attrait de la pensée magique : plutôt que de passer par tout le travail acharné de refonte de notre mode de vie et de nos habitudes quotidiennes, nous faisons confiance à un « régime miracle » ou équivalent.

La résistance de l’humanité au changement nécessaire est compréhensible, mais l’ironie est que nous nous habituons rapidement à tous les changements qui s’imposent à nous.

C’est notre choix avec l’énergie et l’ère post-hydrocarbures à venir.  Les incitations doivent passer de « les déchets, c’est la croissance » à l’hyper-efficacité, la conservation, le droit à la réparation et les objets fabriqués conçus pour durer une génération ou plus et être recyclables à grande échelle.

Si nous pouvons choisir une vision positive et changer nos incitations et nos objectifs, nous regarderons en arrière et nous nous demanderons pourquoi nous nous sommes accrochés si farouchement à la pensée magique et « le gaspillage c’est la croissance ».

Et ce sont les mêmes qui choisissent les comportements à adopter pour sauver la planète depuis les années 70...

10 commentaires sur « Pensée magique sur l’énergie verte »

  1. tant qu’ il y avait 500 millions d humains qui vivaient a l occidental, ca tenait, avec 3.000 millions, c est tout simplement irréaliste,
    mais faut pas affoler le cheptel, laissons le rêver encore quelques années
    en faite la foireuse croissance verte, va inévitablement avoir pour effet d accélérer la déplétion des énergies fossile,
    c est juste une gigantesque arnaque pour piller les dernières ressources.
    notre future nos ancêtres l on bien connues.

    J’aime

  2. La « nouvelle économie énergétique » : un exercice de pensée magique
    une étude complète passionnante du Manhattan institut qui fait le point des énergies vertes,
    merci au taulier pour la qualité de ces liens.

    J’aime

  3. Taulier, ils préparent les esprits avec leur « soft power ». Restez chez-vous et jouer dans vos maisons containers.

    Pendant que les kapo iront se couler douce dans des trous fiscaux au soleil.

    Un nouveau clergé le temps que les boomers crèvent.

    J’aime

    1. La net économie de l’image est une valorisation du néant. Ça n’a rien de physique. C’est du placement de produit et du marketing, le tout coulé dans de l’amusement de jeux vidéo. C’est de l’économie de l’information. Ça ne vaut rien à l’image du monde actuel. Ils gagnent leur vie à jouer. Si internet est coupé ils sont instantanément sans revenu et n’ont aucune compétence autre. Vivre à Montpellier c’est le siège d’ubi soft. Ceci explique cela, c’est une fantasmagorie d’attardés qui n’ont jamais grandi. Suffit de voir les espaces où ils se filment, les piaules ce sont des boutiques toys r us.

      derrière no script + ublock les vidéos de pub sont retirés, l’argent est payé le flux est placé en conditionnement d’accès mais il est contourné, le fric arrive à destination mais le bypass du produit fait que le vecteur informatif est nul, technologiquement le compteur est validé comme diffusé mais factuellement il ne l’est pas c’est payer pour faire un service et le service n’est pas rendu. Toute l’économie de pub sur les canaux vidéos est basée sur du vide.

      La régulation des capitaux ça viendra et au fur et à mesure au sein même de l’UE. Pour info on a encore des frontières même dans Schengen, le jour où l’économie dévisse le bouton est appuyé dans la nuit, les euros resteront là où ils sont. Question de temps. Avec l’euro numérique tout ça va dégager en bonne partie puisqu’avec le blockchain la traçabilité est totale. Les petits vont mourir parce que les gros ne vont pas se laisser faire.

      Les youtubeurs finiront leur vie à faire des pipes.

      J’aime

  4. 20% de la population mondiale consomme plus que les 80% restants. Cela va être drôle quand ces 80%, qui souhaitent faire comme les 20%, y arriveront. L’objet peut-être du traitement covid? Sauf qu’ils se sont gourés, ils pensaient zigouiller les 80%, ce sont les 20% qui tombent ou vont tomber.

    J’aime

    1. S’ils escomptaient tuer les 80% ils auraient fait un focus en afrique, vu que ce n’est pas le cas et que les absents ne dérangent pas je pense que l’occident, tant pour le contrôle que pour l’applicabilité, est le cœur de cible. Mais même ca je suis même pas certain qu’il y ait une volonté de dégrossir le bousin.

      À mon avis simplement une nouvelle tentative idéologique, une tyrannie sanitaire toute simple, il n’y a pas de précédent à cette échelle et ça couvre le merdier énergétique. C’est tout bénef et les mots en fait c’est du bonus.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer