Indicateurs 2021

Rien ne vaut les données brutes pour se faire une idée par soi-même plutôt que de lire les journalistes. En temps de guerre on sait comment ils fonctionnent, vu l’air du temps il ne faut plus rien écouter de ce qu’ils disent et faire la recherche soi-même.

Alimentaire

Pour moi c’est le nerf de la guerre et pour suivre ça de près rien ne vaut la F.A.O

Au début j’ai regardé ça :,


Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas toujours les mêmes produits. Alors j’ai récupéré le détail.

Déjà, y a plus d’informations depuis 2019. Des données ne sont plus disponibles et d’autres apparaissent à la place dans les tableaux annuels de top 20 de conso.

j’ai réaligné les données pour faire un graph

Globalement dans l’oscillation ça tient de debout.

Il faut suivre l’avancement du green european deal dont le document final sortira le 14 juillet, dans 4 jours. Dedans vous trouverez ça :

  • Vous les européens, la moitié d’entre vous êtes des gros
  • on va avoir un système « robuste » et « résilient » de bouffe qui fonctionnement dans toutes les circonstances.
  • Réduction d’utilisation des engrais de 20%
  • Réduction du CO² de 50% par rapport au niveau des années 90
  • Réallocation de l’espace au sol des cultures.
Sentiment : le marché alimentaire est en place, il est temps de le déboulonner lui aussi.

Énergie

Production EDF, source Wikipedia.

Ce que je vois c’est que la chute totale de production est corrélée par la baisse du nucléaire, et que la contrepartie totale du renouvelable en vert n’imprime pas de réponse franche et fait même du refoulement pour 2015, 2017, 2019. Pourquoi et tous les deux ans ? je l’ignore, consolidation de l’infrastructure ? je ne sais pas.

La tendance ENR monte sur la décennie, mais c’est marginal, le graph rend clairement visible qu’on réduirait* la voilure bien plus vite qu’on change de modèle. C’est une première indication. Mais il faut faire une précision importante… car sur 58 réacteurs y en a encore à l’arrêt en 2021 pour maintenance (article date de 2020).

Je n’ai pas le détail du type de réacteur alors en valeur basse si on prend que des 900MW qui produisent 500 000MWh/ mois, soit 6TWh/an. Y a une réserve de 144Tw ce qui ne colle pas avec les données donc il n’y a pas 24 réacteurs à l’arrêt la période 2019-2020, c’est un mensonge. De ce que je constate de 340 à 410 TWh de production, on doit à voir 11 réacteurs MAX à l’arrêt.

Car en France on dispose de 32 x 900MWe + 20 x 1300MWe + 4 x 1450 WMe et 1 EPR de 1600MWe mais qui n’est pas terminé. Donc y produit rien. En faisant une règle de trois sur le principe de 6TWh/an des 900 MWe on obtient un total de 416 TWh/an théorique. Et preuve que ma démarche est bonne, sur le graphique, les 420 on ne les a jamais dépassé.

Le niveau de production socle pour tenir le pays via nucléaire n’augmentera pas, puisque le seul gain qu’on aura de ce côté, si ça fonctionne un jour, c’est un EPR donc on gagnera que 10,6TWh/an de production. Ce qui est insuffisant.

Toute surconsommation d’énergie doit être suppléée par du renouvelable, puisque ‘elle n’est pas absorbable par le nucléaire, et vu le temps de fabrication et les emmerdes… comptez pas trop dessus.

Géopolitique : toute charge additionnelle sur la production, par les véhicules électriques donc, ne sera pas absorbée par ce qu'on produit en nucléaire, mais uniquement en ENR, ou éventuellement si on arrête de vendre aux voisins, ce qui les effondrera eux, avant nous.

Première déduction (spoil : erronée), si on n’investit pas RADICALEMENT pour compenser ce qu’on retire à la consommation actuelle, c’est walking dead pour 2030 assuré. Et je rappelle que des fermetures de centrales sont programmées.

Donc on retiendra qu’actuellement la maison France tient debout en étant passée de 550TWh en 2010 à 499TWh en 2020, que la production via nucléaire n’est pas à 100% et que 2030 induit qu’on plafonnera entre 510 et 550 TWh si aucune fermeture + xxx ENR.

Ici on trouve les annonces de RTE.

est prévu :

  • Doubler le rendement photovoltaïque pour janvier 2024, passer de 12,6TWh/an en 2020 on gagnerait encore 12.6TWh/an
  • l’éolien pour janvier 2024, passer de 39,7 TWh/an à 54.3TWh/an donc + 14.6TWh/an
  • la filière bois, elle recule, comme ça c’est réglé, ils ont compris que cramer le bois c’est vraiment con et inefficace. 7,6 TWh sur l’année 2020
  • l’hydroélectrique pour finir, objectif du parc hors corse de 25 700 MW à fin 2023 est ainsi atteint à 99,3 % = 25 508 MW, donc le trou à boucher est …. roulement de tambour 1,3TWh/an. Donc pour 60.8TWh/an en 2020, dans 3 ans y passeront à 62… on est sauvé…

Total des gains attendus en ENR pour le 1° janvier 2024 = 12.6 + 14.6 + 1.3 = 28.5TWh/an

Équation finale : Si la production totale revient à son niveau d’optimum de ~550TWh/an et qu’on ajoute les 28.5TWh/an d’ENR, on pourra éventuellement dire qu’on est à 580TWh/an dans une bonne année et faire un compte rond à partir de 2024.

Si la politique de démonter le nucléaire se poursuit, alors à terme le chiffre supposé être temporaire de 340TWh/an pourrait bien devenir la norme et donc le plafond 2024 serait pour arrondir 530TWh/an .

Passé un % dans le mix, vu qu’elles sont non pilotables, pas de vent la nuit c’est compliqué en hiver pour le chauffage… les batteries de voitures tiennent moins bien, y a une marge non négligeable d’erreur.


Transport

Tout de suite après l’énergie le truc à regarder c’est l’évolution du parc automobile, puisque leur folie d’électrifier le parc va mettre une charge monumentale sur l’infrastructure. Ce qu’on peut dire en regardant les courbes, autant pendant la décennie 2010 quand on parlait de voiture électrique, les gens rigolaient, on n’y croyait pas, et bien depuis 2019 ça y est, le parc automobile est enfin en rentré en phase de renouvellement, la bascule commence à se faire. **Si** la tendance est maintenue le point d’équilibre dans le panier est pour 2022. Plus pondérément, je le vois plutôt 2023, 2024. Ca tombe bien c’est la date limite qu’on va regarder. Continuons…

Il faut désormais calculer la charge électrique du shift sur le réseau :

Si l’on part sur des moyennes de consommation établies pour un véhicule de base à 15000km/an en prenant un parc de renault Zoé, 52 kWh de batterie par voiture, 300km d’autonomie réelle par recharge. Soit 50 recharges par an. Soit 2,6MWh/an par voiture. Pour connaître la charge sur la production pour 2022 en se basant sur la projection linéaire, on regarde combien de voitures en plus, donc multiplié par 2,5 millions donne 6.5TWh/an. Concrètement, il manquerait 1 réacteur standard pour l’an prochain. Mais pas de panique, on a l’ENR qui arrive 🙂

- les ENR hein... pas l'epr. Lui, faut encore détourner quelques milliards avant de remettre les clefs. 
J’ai inventé une formulation : le réacteur équivalent zoé :  
1 réacteur pour 2,5 millions de zoé en circulation 
( à la louche )

Pour donner un ordre de grandeur à titre indicatif si on fige la production d’électricité à 2020, donc 500TWh/an, pour 38 millions de véhicules électriques parcourant une moyenne de 15 000 km par an : 98.8TWh/an, soit 20% de ce qu’on produit.

À cet instant, un remplacement de parc instantané, c’est 16.4 réacteurs de 900MWe (6TWh/an) pour 38 millions de zoé.

Question : est ce que le mur est inévitable ? à terme oui, mais faut pas aller trop vite.

Puisque nous avons vu qu’en 2024, les ENR apporteront 28.5TWh/an de plus à notre production actuelle si elle se maintient, ainsi que 50TWh/an supplémentaire si l’on retrouve le niveau de croisière des centrales. Donc le minimum est de 500+28.5=528.5 et le maximum 578.5. Elle pourrait être inférieure à 528.5 si on ferme des centrales. C’est prévu. Mais restons sur du neutre/positif que de faire du négatif, voyez je suis sympa.

Pour 2024, le seul chiffre qui a une valeur de certitude et employable c’est le nombre de véhicules électrique max que le réseau peut encaisser : avec 28.5TWh/an d’ENR en plus on alimente 11 millions de zoés, en arrondissant.

Pour les hybrides, l’usage est essentiellement thermique. Leurs batteries sont 1/5 la taille d’une zoé, c’est marginal, très complexe de faire une moyenne d’un usage type, on n’a pas de recul d’usage. Je préfère ne pas comptabiliser, ce qui est à la faveur de la projection positiviste que le shift se passera bien.

La courbe du nombre de véhicules a connu une inflexion de 1,5 million de véhicules en 2020 passant de 39.9 à 38.2. C’est considérable. Ce qui m’amène aux considérations plus pragmatiques de système, comme la réduction du parc comme hypothèse.

Qui dit à terme plus de pétrole [volonté politique, pas réalité physique], dit camions, etc … le feuillet s’épaissit. La première conclusion évidente pour le sain d’esprit, c’est de déduire que celui qui annonce la fin du fossile pour le transport en 2040 est un audacieux. C’est simplement impossible en l’état actuel de planifier une production énergétique sur 20 ans, même si on chiffre l’équivalence de consommation en connaissant le parc total de véhicules comme les camions et les motos. Parce qu’il n’y a pas que l’énergie du véhicule en lui-même, il y a l’énergie utilisée dans l’infrastructure pour qu’elle se transforme pour accueillir ces mêmes véhicules. Et il y a l’évolution technologique et son besoin croissant d’énergie. L’informatique, internet, la robotisation de l’industrie et des services. C’est impossible à quantifier.

je pense, pour des raisons pratiques, que le pétrole ne disparaitra pas en 2040.

Je pense que cela est déjà lisible sur le graphique, le parc est originellement divisé pour deux types de besoins. Je n’ai pas fait de calcul, mais je pense pour des raisons d’étalonnement à cause du pic de consommation similaire à tout flux humain qui sature ( réseaux, autoroutes, guichets ) , qu’à cause des recharges nocturnes, le mix énergétique du transport sera étalé dans les 33-33-33. C’est le plus sage, le plus logique et chacun adapte en fonction de ses besoins. Ça lisse la charge sur le réseau. Chacun sa chapelle. Thermique, hybride, électrique, les trois resteront selon moi.

13.5 millions de véhicules électriques au total ( 11+ 2.5 existant) pour 2024, très réaliste.

Mais il ne faut pas mettre les motos ni les camions.

Effondrer la demande de véhicules est le meilleur moyen de taper dans le problème. Rendre les voitures inabordables, couper les aides, une zoé 50 000€, pb réglé. Sinon c’est trottinette pour tous, ah non ca c’est déjà en place…

la mobilité douce !

-mais ferme-là avec ta trottinette de pd

Notre société ne peut pas fonctionner sans véhicules individuels, par conséquent, tabler sur une division par 2 (20 millions) ou un quart (30 millions) est impensable et irréalisable professionnellement. Il faut donc laisser vivre le marché automobile et laisser le segment thermique en place.

Mettons à terme 2030, 20-25 millions de voitures électriques, et tout ce qui est au-dessus est accepté en thermique.

Maintenant il faut voir si à terme le prix de l’énergie, qui va forcément entrer en ligne de compte, ne va pas trop complexifier la donne.

Prix de l’électricité

image piquée chez total énergie

et je pique aussi le paragraphe tiens :

Le prix du kWh en option Base pour un abonnement 6 kVA est passé de 0,1106 € HT au 31 août 2008 à 0,1546 € HT au 1er février 2020. Ainsi, un ménage bénéficiant du Tarif Bleu avec option Base, ayant souscrit un abonnement 6 kVA et consommant 6500 kWh d’électricité par an a vu sa facture annuelle passer de 782 € TTC en 2008 à 1 110 € TTC en 2019.

Bon ba c’est imparable, et ça va pas en s’améliorant : un élément à prendre en compte, le projet hercule. Scission du groupe en trois entités.

Une entreprise publique (EDF bleu) chapeauterait les centrales nucléaires et le réseau de transport. L’entretien ça sera pour notre gueule… Une autre (EDF vert) réunirait les activités commerciales, la distribution d’électricité et les énergies renouvelables. Elle serait cotée en Bourse, permettant d’attirer des investisseurs pour développer l’éolien et le solaire. Mon cul, le financement c’est le consommateur, par contre le fric de la financiarisation on n’en verra jamais la couleur, bleu vert, azur ou même rose…Une troisième entité (EDF azur) pourrait enfin coiffer les barrages hydroélectriques. Là, je ne sais pas trop quoi penser, un barrage quand il a fait son temps, c’est compliqué, mais les nôtres ne sont qu’à mi-vie… je placerais une pièce sur le fait qu’il s’agisse d’eau… et qu’un motif impérieux puisse outrepasser une législation. Ou morceler le groupe en carrés de chocolat pour que cela puisse être vendu ultérieurement plus simplement et ne plus avoir à charge des problèmes qui pourraient survenir. Je ne sais pas.

Pétrole

Tout ce qu’il y a à savoir sur le pétrole, c’est la fourchette d’usage & de rentabilité. En dehors de la plage 60-80$ (avec l’économie qui est la nôtre sous sa forme actuelle) les producteurs perdent du fric et n’investissent plus avec un décalage dans le temps pour les effets quand c’est trop bas et l’économie ne peut pas se le payer pour continuer à fonctionner quand c’est trop haut. Tout le reste, c’est de la connerie en barre.

Maintenant, si on change de politique monétaire et qu’on passe dans la MMT, le fric sera imprimé jusqu ciel, et le plus probable sera d’un côté des pétroliers qui seront subventionnés comme des salopes, et de l’autre pour éviter de déformer l’économie, les prix seront administrés. Il n’y a pas d’autre possibilité.

Puisque pour rappel fondamental, quand on dit plus de fossile, il faut comprendre plus de fossile ABORDABLE, le merdique à 15km dans le sol et le gelé en arctique il est encore sur place. Il faut remettre en perspective.

Nous allons d’abord croire à nos chimères, planter le système, ou aller très près du dysfonctionnement total, et ensuite les pétroliers et les gouvernements vont réaliser qu’en ayant une carte blanche de chez FED-BCE pour aller chercher le pétrole dans les limbes le monde sera plus stable et le nouvel eldorado monétaire reviendra dans le fossile. C’est couru d’avance sur 2050, 2060 dernier délai. C’est ça ou la renaissance et les bougies, puisqu’à la base, la pelle qui creuse, le camion qui achemine, le four qui fabrique le renouvelable, est issue du fossile.

Il n’y a pas d’alternative à part la fusion nucléaire domestique, mais avec le peuple et la mentalité qu’on a sur la planète c’est pas près d’arriver. Si au lieu de s’occuper de multiculturalisme on terminait ITER plus vite ça serait plus utile.

- Et par pitié épargnez-moi vos conneries sur l'hydrogène.

Prix de l’eau

Un système d’approvisionnement qui ne se casse pas encore la gueule mais dont son entropie est clairement visible : Ce qui coute le plus cher, ce n’est plus la pompe pour amener l’eau propre, mais le traitement des eaux usées. Et là, c’est sans appel. 50% du prix. Cette tendance ne s’inversera plus jamais.


et dans la serie des merdes sous le tapis:

UN TRÈS GROS problème dont on ne dit pas un mot parce que sinon c’est le naufrage

Pourtour océanique des obus de WW1 et WW2, l’acier est en fin de vie pour l’étanchéité, ce qui explique fréquemment les bancs de poissons crevés échoués sur le littoral

Cette enquête est dingue, on apprend qu’1/6 relâché dans l’océan atlantique wipe toute la flore pour un siècle et ne laisse que des méduses en vie, que le gouvernement est au courant mais ne bouge pas et ne veut mettre personne dessus, et que les RG ont déjà fait le nettoyage des archives consultables. Folie !

Sinon, tout va bien, continuez d'aller en vacances, de regarder vos matchs de foot et mettre la clim à burne, parce que, que vous le fassiez ou non, c'est déjà trop tard 🙂

le mensonge civilisationnel qui consiste à prétendre que le climat se réchauffe pour changer les comportements c'est un motif neutre pour éviter d'accuser un peuple qu'il vit au-dessus de ses moyens®. 

Vous ne le comprendrez que dans 20 ans. En attendant, portez le masque et faites vous piquer vacciner.

5 commentaires sur « Indicateurs 2021 »

  1. Putain…ça pique !
    Ces gros cons d’escrolos savent même pas compter. En fait si mais uniquement avec l’argent des autres dès l’instant que cela ne sert que leurs petits intérêts vu que la planète, ils s’en branlent

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer