Matriochka: l’emboitement cognitif perceptuel ou comment on vous fait croire que vous pensez par vous-même, via des canaux préconstruits

Si mentalement on spatialise son esprit, comme une entité se mouvant dans un volume (un poisson dans un aquarium par exemple) on peut non seulement différencier l’espace physique de sa boite crânienne de l’espace psychique, le point de vue subjectif, exécutif de son esprit, mais on se rend compte également que l’aspect que peut prendre la forme allouée à sa représentation,  une cage, une grotte, une armoire à tiroir, un tableau, un aquarium, une boite etc. Ca n’a en fait, pour peu qu’on tente l’exercice du regard – interne – aucune limitation dimensionnelle. On se cantonne à une taille petite qu’on peut détailler, un cocon, familier, mais l’abstraction du prédéfini révèle qu’intérieurement les seules limites psychiques que l’on ait sont celles que l’on s’impose, par conventions sociales et culturelles.

L’étendue qui se dévoile lorsqu’on y réfléchit un instant est amusante car dans le monde physique concret de l’espèce humaine, une quête de liberté et d’échappatoire du réel, l’imaginaire, s’opère en même temps que pour le maintien du confort et de la sécurité nous sommes prêts à renoncer à notre liberté et acceptons l’aliénation numérique.

Le monde dans sa forme actuelle, sa complexité, ne permet à quiconque de mentalement équilibré, développé, sain, curieux, usant de son esprit à bon escient, d’avoir une vision somme toute proportionnelle au temps qu’on y accorde dans sa méditation/réflexion.

Je crois que la complexité n’est pas perceptible en deçà d’un seuil, qu’il est volontairement mis en place par le système pour qu’il ne soit pas atteignable et que tout soit corrélé avec l’éducation et la vie active pour que l’imaginaire, le psychique, l’abstrait, ne soit pas développable autrement que par la validation sensorielle, qui est totalement sous le joug des industries et que ce pan entier que représente l’entonnoir par lequel l’humain est socialement sous emprise totale, soit un prérequis pour qu’au-delà des principes primaires, le numérique s’empare de tout ce qui reste.

L’esclavage est un contrôle forcé par la violence sous toutes ses formes. Notre société s’apprête à prendre l’absolu contrôle de nos us et coutumes, pratiques, avec de formidables entonnoirs techniques, on ne peut pas les combattre, ils sont la nouvelle norme. On ne peut qu’accepter ou fuir.

Notre esprit est un contenant d’un volume infini que l’on s’efforce à mettre dans un contenant numérique fini et limité par d’autres individus prétendant nous permettre par ce biais de déployer un infini, un imaginaire. C’est amusant. Car au-delà du mensonge et de la manipulation mentale, au-delà de la représentation spatiale d’un objet impossible tel l’escalier de Penrose, on apparenterait ici à un principe de « matriochka inversée », à mettre une grande poupée dans une plus petite, ce sont tous les processus cognitifs de valorisation qui se retrouvent potentiellement en inversion symétrique, le plus devient moins, le chaud devient froid, d’un coup apparait une explication de la déliquescence de la société.

Ça n’est bien entendu par l’explication parfaite et pleine, car la société n’a pas attendu le numérique pour manipuler les masses, mais la notion de progrès technique et de disruption depuis le numérique épouse vraiment bien le concept.

La mécanique est très similaire pour la manipulation analogique, ancestrale, où c’est un humain qui bourrait le mou d’un autre pour lui faire croire ce qui n’est pas.

Le véritable malheur dans le progrès, c’est qu’un humain désormais se fourvoie seul avec un support quand autrefois, c’était par le biais un congénère.

5 commentaires sur « Matriochka: l’emboitement cognitif perceptuel ou comment on vous fait croire que vous pensez par vous-même, via des canaux préconstruits »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer